Libérer l’entreprise : se réinventer pour mieux innover

Libérer l'entreprise : se réinventer pour mieux innover

Ce format court donne un bon exemple d’entreprise libérée en France.

Il explique comment IMA technologie, société d’assistance à distance a choisi de se démarquer de ses concurrents. IMA technologie est dans un marché où la compétition du bas coût est très agressive. Pour garder l’emploi en France ( Région de Nantes ), il a fallu opérer un pivot vers des prestations haut de gamme qui justifient les coûts plus élevés.

Christophe Colignon, Directeur opérationnel d’IMA technologie à choisi pour cela une solution originale: libérer l’entreprise. Ce livre raconte par des témoignages en quoi cela a apporté en terme de résultats tout en donnant quelques aperçus des difficultés.

C.Colignon suit ainsi un courant de pensée dont l’un des piliers, Isaac Getz, prône une idée apparemment étrange de l’abandon du management. En fait, il me semble que ce qu’explique ce livre est non un abandon pur et simple mais d’une transformation du rôle du manager vers des rôles d’animateurs ou de coachs. Il explique également la réduction des rôles purement transverses à ce qui est strictement nécessaire. Le livre explique enfin en quoi cela ne peut se faire qu’avec l’appui sans faille et l’exemplarité du plus haut point de décision.

Attention, il ne s’agit pas de laisser-aller. Même (J’aurai tendance même à écrire: surtout) dans l’entreprise libérée, les performances sont mesurées, par contre, ce sont celles relatives au service donné au client (et dans un centre d’appel, on veux bien croire que ce n’es pas un vain mot). L’idée est donc bien d’impressionner ce client. Ce qui change par rapport à une approche courante, c’est que personne n’est jugé sur ces métriques. Ce qui compte c’est de s »améliorer.

L’entreprise libérée réinvente également en permanence ses services pour rester compétitive. La différence est que l’invention se base sur les idées des personnes qui font le travail. Si tout le monde est d’accord sur ces principes chères au Lean (cf Toyota way), le mettre réellement en œuvre n’est pas si courant.

Cela rappelle à l’évidence les idées de  Robert k GreenLeaf à l’origine de la philosophie de management du servant leadership ou l’incontournable ouvrage de Vineet Nayar : Les employés d’abord, les clients ensuite. Disons que, si cela n’était pas évident, cela s’applique aussi en France et en temps de crise il me semble qu’il s’agit d’un message rafraichissant et visionnaire.

Quelques références:

http://liberteetcie.com/

http://www.favi.com/managf.php

http://www.youtube.com/watch?v=lGShsSQatN8

http://www.entrepreneursdavenir.com/blog/post/-/id/511

http://www.imatechnologies.fr/Qui-sommes-nous/IMA-Technologies-Donnees-cles

Publicités