La qualité

1) Qu’entends-t-on par qualité : le qualité est tout ce qui permet la satisfaction client de façon durable.

Si tout le monde s’accorde sur le fait qu’un client satisfait définit la qualité externe, il apparait pourtant que la seconde partie « de façon durable » est omise:

Cela n’a pas de rapport avec la vie du produit: Un lanceur de satellite n’a pas besoin de fonctionner pendant plusieurs années (sauf éventuellement s’il a des parties récupérables), cependant reproduire des lancements réussis supposent une démarche de qualité dite globale TQM, 6 sigma… etc..

Malheureusement, la qualité interne a le défaut d’être invisible de vos clients: Au final, vos couts explosent du fait de l’accumulation de la dette techniques. Cela se traduira par un tel ralentissement que vos clients seront à terme insatisfait et vous perdrez vos sources de revenue.

C’est la limite du management de projet: le fait qu’un projet se focalise sur un objectif de fin de projet qui rarement contient des critères de qualité interne alors que ceux ci sont fondamentaux.

2 )La qualité est avant tout une question de décisionnaire: celui qui décide des arbitrages doit avoir une grande cohérence. Le double discours n’est pas du pragmatisme c’est du suicide. L’image que j’aime prendre est Ulysse qui se fait attacher au mat pour résister à l’appel des sirènes, un leader qui veux instaurer de la qualité va devoir avoir un très fort courage et résister au sirène qui le pousse vers la surcharge, la dette technique. La dérive peut être insidieuse et parti de chose insignifiante :

Voici l’histoire d’un grand leader que j’admire que j’appellerai john . John représente le business et il félicite la R&D pour le travail fait en temps, en heure et en qualité;

Cela fait, il ajoute juste que la R&D doit maintenant apprendre à prendre des risques pour offrir plus de contenu. Le messages était clair et en tant que membre de la R&D j’ai perçu son message comme, nous allons capitaliser sur la qualité, l’ancrer dans notre ADN, et ainsi nous allons pouvoir donner quelque % de plus de fonctionnalité (celle qui offre le plus de valeur évidemment). Cela a pourtant été suffisant pour entrainer un mouvement de fond qui aurait, si non stoppé à temps, ruiné et qualité et au final contenu.

Agile permet d’agir sur le contenu à date et budget constant dans le but de maximiser la valeur, mais à condition que cette obsession de la qualité soient présentes à tout les niveaux. Sinon vous aurez la catastrophe que vous auriez eu avec tout autre approche.

Je tiens à cette précision car si certain ont inventé le Craftmanship qui reprend les principe de l’agilité en ajoutant qu’on ne fait pas de la m…. c’est bien qu’il semble exister cette ambiguïté.

Publicités

Une réflexion au sujet de « La qualité »

  1. L’aspect dette technique n’est pas toujours visible dans les équipes agiles, d’ailleurs la méthode Scrum n’a pas de métriques pour indiquer la qualité. Le choix est laissé à chaque équipe de définir sa Definition of Done. Peut être est il temps de saupoudrer un peu de Craftmanship 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s